ARMEFLHOR
1, Chemin de l’Irfa, Bassin Martin – 97410 Saint-Pierre – La Réunion
Tél : 0262 96 22 60

ARMEFLHOR 1, Chemin de l’Irfa, Bassin Martin – 97410 Saint-Pierre – La Réunion
Tél : 0262 96 22 60
Ligne provisoire : 06 92 88 34 71
Armeflhor_logo_2021_hr

Notre Expertise

En bref

Depuis bientôt 30 ans, l’Armeflhor, accompagne les profes­sionnels dans la modernisation des filières de production végétale (hors canne à sucre) à La Réunion, confrontés à d’importantes impasses techniques liées aux conditions tropicales de l’île. L’Armeflhor conduit des travaux de recherche appliquée, dans le cadre d’une approche globale de l’ensemble des filières de la production à la commercialisation.

 

La conduite des programmes d’expérimentations est répartie entre 7 pôles d’expérimentation ayant des compétences et expertises avérées dans des filières et secteurs donnés, auxquels s’ajoutent une mission Mécanisation, basée sur la démarche de l’autoconstruction, et une équipe Valorisation et transfert appuyant l’ensemble des pôles dans la diffusion des connaissances. Certains projets sont conduits exclusivement par un pôle tandis que d’autres projets, nécessitant des expertises multiples, impliquent la collaboration des équipes de plusieurs pôles de l’Armeflhor et également de partenaires techniques extérieurs (centre de recherche, institut technique, Chambre d’Agriculture, organisations professionnelles, interprofession, pôle de compétitivité…).

 

Forte de sa pluridisciplinarité et de son réseau, l’Armeflhor est en mesure de répondre efficacement aux besoins de compétitivité des professionnels face aux futures attentes des marchés en apportant des solutions innovantes.

Nos 15 domaines d'expertise

Des Pôles spécialisés

Le pôle Maraîchage plein champ et production de semences

La culture des légumes et des tubercules a toujours été très présente sur l’ensemble de l’île de La Réunion ; en particulier dans le sud. Avec 2 000 ha de cultures et 2 706 exploitations légumières, ces productions retrouvent dynamisme et croissance et poursuivent leur développement dans leurs bassins traditionnels (Agreste, N°81, janv 2013). En cohérence avec le PRAAD, la stratégie de développement de la filière fruits et légumes a identifié 4 productions prioritaires fortement concurrencées par l’importation (11000 tonnes) : oignon, ail, pomme de terre, carotte. L’enjeu majeur est le développement quantitatif à destination du frais, mais également du marché de la transformation locale.

Responsable du Pôle

Marine GUERRET

Le pôle Maraîchage sous abri

La Réunion est le département d’Outre-mer qui possède le plus de serres ou de tunnels. De plus en plus de cultures maraîchères trouvent leur place dans cette méthode de production, c’est notamment le cas du melon, du poivron, du concombre et dans une moindre mesure de l’aubergine, de la courgette ou de la fraise. La tomate reste cependant très majoritaire, et notamment la petite tomate oblongue, cœur de marché (16 500 tonnes de tomates dont 60 à 70% ont été produite sous environ 50 ha de serre en conduite hors-sol : Agreste, memento 2018 Agricole et rural, chiffre 2017 et agreste n°8, janvier 2013). Ces productions maraîchères sous serre permettent de répondre à différents enjeux : manque de foncier dans un milieu insulaire fragile, régularité d’approvisionnement du marché, autonomie alimentaire, sécurité alimentaire et protection de l’environnement. Pour accompagner la profession, le pôle Maraîchage sous abri met en œuvre un programme d’expérimentation se déclinant en 4 axes :  
  1. Lutter contre les bioagresseurs des cultures en intégrant les objectifs nationaux de réduction de l’utilisation de pesticides et les principes d’une agriculture durable ;
  2. Augmenter une production de qualité par l’amélioration des itinéraires techniques et par l’appropriation des innovations technologiques des serres ;
  3. Evaluer le matériel végétal alliant productivité, qualité organoleptique et résistances génétiques aux maladies ;
  4. Accompagner la mise en conformité des exploitations aux nouvelles exigences réglementaires en matière de respect de l’environnement.

Responsable du Pôle

Jean-Sébastien Cottineau

Le pôle Arboriculture fruitière

Les cultures fruitières étudiées par l’Armeflhor correspondent aux productions déterminées comme prioritaires au regard des objectifs stratégiques de développement de la filière fruits et légumes identifiés par le PRAAD. Ce sont des productions prioritaires fortement concurrencées par l’importation ou avec des forts potentiels d’exportation : agrumes, ananas, mangues et letchis. L’enjeu majeur est le développement quantitatif à destination du frais, du marché de la transformation locale et de l’exportation. Les cultures arboricoles étant pluriannuelles, l’acquisition de résultats pour ces cultures nécessite plusieurs années de conduites culturales. L’enjeu de travailler sur ces cultures s’est accentué ces dernières années à cause de l’arrivée à La Réunion de nouveaux bioagresseurs comme la maladie du Freckle de la banane, Bactrocera dorsalis, et la recrudescence de maladies comme le HLB sur agrumes, WILT sur ananas, etc. Dans ce contexte, le pôle Arboriculture fruitière de l’Armeflhor met en œuvre un programme d’expérimentation dont les enjeux principaux sont l’évaluation de nouvelles variétés adaptées au terroir et au contexte climatique tropical pour l’élargissement des gammes, la production de matériel végétal sain et l’amélioration des itinéraires techniques.

Responsable du Pôle

Ignace HOARAU

Le pôle Agriculture biologique

La Réunion est le département d’Outre-Mer (DOM) ou la filière BIO est la plus développée. En effet, l’Agriculture Biologique à La Réunion est une filière dynamique et commence à prendre de l’importance dans le paysage agricole : avec 1272 ha engagés en 2018, elle occupe 3% de la SAU totale (8 % de la SAU maraîchère et 12 % de la SAU fruitière) (source : Agence Bio). La demande en produits bio se voit entre autres par le nombre grandissant des acteurs de l’aval de la filière : 32 transformateurs et 23 distributeurs en 2018 contre 29 et 14 en 2017.   Le pôle Agriculture Biologique met en œuvre un programme d’expérimentation répondant aux besoins de la filière exprimés par les adhérents et les professionnels du groupe technique Agriculture Biologique. Les enjeux principaux sont l’évaluation de nouvelles variétés adaptées au terroir et au contexte climatique tropical, la gestion de la fertilité des sols, l’amélioration des pratiques cultures, la gestion de l’enherbement, la protection des cultures et le développement d’outil de traçabilité.

Responsable du Pôle

Gaëlle TISSERAND

Le pôle Plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PAPAM) et systèmes agroforestiers

Les plantes médicinales sont utilisées dans la culture réunionnaise depuis de nombreuses générations à travers une pharmacopée traditionnelle constituée de plus de 300 plantes. Jusqu’à récemment, c’était uniquement les « tisaneurs » qui s’approvisionnaient sur leurs parcelles privées ou grâce à des autorisations des autorités locales. L’engouement pour les médecines traditionnelles et parallèles a fortement augmenté. Dans le même temps, une vingtaine de plantes réunionnaises ont été inscrites à la pharmacopée française pour leurs vertus médicinales depuis 2013. L’enjeu d’avoir une biomasse disponible de ces plantes s’avère de plus en plus important. Sans règlementation sur la cueillette en milieu naturel, d’ici moins de 10 ans, les espèces les plus utilisées seront éradiquées.   C’est dans ce contexte que s’inscrit le travail du pôle PAPAM et systèmes agroforestiers l’Armeflhor, assurant un appui technique aux agriculteurs afin de pouvoir développer les connaissances sur ces plantes, les itinéraires techniques de production et d’augmenter les surfaces plantées en verger de production. L’objectif à long terme étant de consolider et de structurer la filière PAPAM.   L’agroforesterie s’intègre de plus en plus dans le paysage agricole réunionnais notamment avec des cultures emblématiques comme la vanille, le café ou le cacao. Les plantes médicinales réunionnaises font partie intégrante des systèmes agroforestiers pour lesquels il est nécessaire d’acquérir de la connaissance ainsi que des références afin d’optimiser leurs fonctions économiques, environnementales, sociales et sociétales. C’est pourquoi le pôle PAPAM de l’Armeflhor a étendu ses activités aux systèmes agroforestiers en 2020.

Responsable du Pôle

Guillaume Parassouramin

Le pôle Horticulture

Les filières horticoles du secteur ornemental regroupent les principales productions qui sont les arbres d’ornements, plantes en pots, potées fleuries, plantes vertes et à massif, bouquets de fleurettes, fleurs coupées tropicales et tempérées. A La Réunion, cette filière représente plus d’une centaine d’hectares, 240 professionnels pour une valeur à la production de 45 M€. Cependant, l’insularité, le niveau de développement par rapport à des pays à faibles coûts de production, mais aussi la fragmentation de la filière affecte sa compétitivité. Le secteur souffre ainsi d’une forte concurrence croissante des importations, principalement dans le domaine des plantes fleuries et des fleurs coupées. Ce n’est que récemment que l’Union des Horticulteurs et Pépiniéristes de La Réunion (UHPR) s’est fédérée et a fait conduire une étude (septembre 2016) définissant les grandes lignes stratégiques de reconquête du marché. De cette étude a émergé une feuille de route technique comprenant trois champs d’action : gérer les problématiques phytosanitaires des cultures, diversifier la gamme variétale de la production locale et développer l’usage de substrats locaux alternatifs à la tourbe importée.   L’action du pôle Horticulture de l’Armeflhor a été élaborée en étroite collaboration avec l’UHPR et la Chambre d’agriculture afin de leur apporter les solutions répondant à leur feuille de route technique, en développant plusieurs axes thématiques :
  • Répondre aux enjeux sanitaires de la production horticole, en particulier en développant des techniques durables de Protection Biologique Intégrée ;
  • Valoriser les variétés horticoles du patrimoine réunionnais et les espèces indigènes et endémiques, pour le marché horticole, les aménagements paysagers, les PAPAM, l’apiculture et les marchés de l’agroécologie, en mettant notamment place des collections horticoles ;
  • Poursuivre le programme de sélection variétale de fraises adaptées aux conditions tropicales ;
  • Tester des substrats alternatifs aux tourbes horticoles.

Responsable du Pôle

Jacques Fillâtre

Le pôle Protection des cultures et biocontrôle

Les productions végétales de La Réunion sont confrontées à une pression de ravageurs particulièrement forte. Par ailleurs, les faibles surfaces de productions en font des cultures dites mineures sur lesquelles les méthodes de lutte contre les bioagresseurs sont très limitées. La protection phytosanitaire dans les territoires ultra-marins constitue donc un enjeu de taille et un défi permanent pour les producteurs.   De nombreux usages restent non pourvus et l’expérimentation est nécessaire. L’objectif du pôle Protection des cultures tropicales et biocontrôle de l’Armeflhor est alors de solutionner prioritairement, par l’agroécologie, des impasses techniques chimiques mais aussi de répondre à la problématique du manque d’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) de produits antiparasitaires pour les cultures des DOM, problématique dite « des usages mineurs orphelins ».   Il est également important d’encourager l’évaluation et la mise à dispositions de solutions de luttes innovantes et respectueuses de l’environnement et de la santé humaine (consommateurs, applicateurs…) sur les différentes cultures de fruits et légumes en milieu tropical en cohérence avec le plan ECOPHYTO II et proposer ainsi des itinéraires de productions moins demandeurs en intrants et pouvant répondre à des certifications environnementales.

Responsable du Pôle

Rachel Graindorge

Le pôle Mécanisation

Depuis 2016, I’Armeflhor travaille en partenariat avec l’Atelier Paysan sur l’auto-construction d’outils agricoles. Plusieurs formations ont été menées avec succès en 2016, 2017 et 2018 avec les agriculteurs afin d’auto-construire des outils adaptés aux exploitations réunionnaises.   Ces formations ont mis en évidence un besoin de plus en plus important des agriculteurs à s’approprier l’auto-construction de machines correspondant à leurs contextes. De plus, face à la pénurie de main d’œuvre à La Réunion, le développement de la mécanisation agricole est un enjeu majeur. Les caractéristiques spécifiques des parcelles agricoles réunionnaises (petites surfaces, pierrosité, pente) rendent nécessaire l’usage d’outils spécifiques sur mesure.   S’appuyant sur une mission dédiée depuis 2021, l’action Mécanisation de l’Armeflhor est de répondre aux attentes des producteurs des filières Maraîchage, Arboriculture et Agriculture Biologique réalisant des cultures en planches permanentes.

Chargé de mission

Dominique Traullé

Le pôle Valorisation et transfert

Une des missions de l’Armeflhor est le transfert des innovations vers les professionnels des filières végétales réunionnaises, mais également vers la sphère de l’Enseignement agricole et des autres organismes Développement-Recherche.   Outre son activité dans le réseau RITA Végétal Réunion, et sa participation dans l’organisation des Rencontres Agrofert’îles professionnelles et junior, l’équipe Valorisation et transfert accompagne l’ensemble des pôles dans l’organisation d’évènements de transfert (rencontres de bord de champ, formations, visites d’essais, etc) et la conception de supports scientifiques et techniques (bulletins techniques Fertîle, fiches techniques, articles, etc).   L’équipe Valorisation et transfert anime également le site internet, la chaîne Youtube et la page Facebook de l’Armeflhor.

Responsable du Pôle

Toulassi NURBEL

Contact

Si vous désirez en savoir plus sur l'Armeflhor,
Utilisez ce formulaire pour nous poser vos questions.